Passages ignifuges

« Je pulvérise l’ouverture avec de la mousse rose et j’assure donc une résistance au feu de 240 minutes : --> FAUX » !

« Il y a de l’eau qui passe dans la conduite ; il ne faut donc pas de manchon : --> FAUX ! »

Il n’existe pas de projet de construction sans éléments techniques. Il y aura donc pratiquement toujours des conduites passant à travers les murs ou les plafonds et impliquant un compartimentage.

Ce genre d’ouverture est appelé passage. L’ignifugation correcte de ces passages s’avère de plus en plus importante. C’est pourquoi la norme belge a récemment été complétée par l’ajout d’un chapitre traitant spécifiquement de ce problème. La législation est en fait simple : toute ouverture doit être colmatée en appliquant la même résistance au feu que le mur ou la cloison dans laquelle elle se trouve ».

Si les conduites techniques passent par un mur affichant une résistance au feu de120 minutes, les passages devront donc eux aussi être colmatés via un système résistant 120 minutes.

Il faut donc prévoir un colmatage répondant à la fois à l’étanchéité aux flammes (E) et aux caractéristiques d’isolation (I).

La seule exception est constituée par le passage simple. En Belgique, cette exception ne s’applique que de façon restreinte.

Dans ce genre de cas, on peut négliger le critère E ou recourir à des solutions-types (la mousse ne fait pas partie de celles-ci).

Colmater correctement des passages s’avère complexe car chaque type de technique exige une solution différente. Il existe de nombreux matériaux et de nombreuses applications mais tout ne peut pas être utilisé n’importe où.

Quelques exemples :

  • Les conduites métalliques ne fondront pas immédiatement en cas d’incendie mais transporteront la chaleur à travers la séparation.
  • La conduite chauffera tellement du côté froid que les matériaux avoisinants risquent de s’enflammer. Pour éviter cela, il faut isoler suffisamment les conduites à l’aide de matériaux incombustibles.
  • Les conduites en plastique peuvent fondre et donc laisser une ouverture dans la séparation. Il faut donc prévoir un élément colmatant l’ouverture ainsi créée en cas d’incendie. Il peut par exemple s’agir de manchons étrangleurs.
  • Les câbles prennent feu. Il faut donc veiller à ce que le feu ne puisse pas passer à travers le colmatage. Les solutions possibles : mousse, manchons, coating, silicones, etc.
  • Les joints doivent eux aussi être correctement étanchéisés. Bandes gonflantes, silicones, isolation, mousse sont autant de matériaux susceptibles d’apporter une solution – pour autant qu’ils soient correctement utilisés.
  • Les choses se compliquent encore lorsque toutes les techniques susmentionnées se retrouvent dans une seule et même ouverture et que l’on est donc confronté à un passage de type mixte. Ce n’est qu’en accordant suffisamment d’attention aux passages que l’on évitera les problèmes suivants :
  • On oublie les colmatages, ce qui met les réceptions en péril.
  • Toutes les techniques sont insérées dans la même ouverture, ce qui empêche désormais de prévoir une étanchéité correcte.
  • On recourt à une mauvaise solution, ce qui engendre des problèmes lors de la réception ou de l’homologation.

 

REI Projects est le spécialiste des passages ignifuges.

N’hésitez donc pas à prendre contact avec nous dans le cadre de tout projet impliquant des colmatages ignifuges. Vous pourrez toujours compter sur nos conseils avisés et bénéficier d’une solution efficace.